LE ROYAUME D'ARTOIS Index du Forum
 
 
 
LE ROYAUME D'ARTOIS Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion

[DROW] Une vide de drow

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    LE ROYAUME D'ARTOIS Index du Forum -> LES RACE PRESENTE A ARTOIS -> Drow
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Wuyondra


Hors ligne

Inscrit le: 11 Aoû 2011
Messages: 40
Localisation: Artois

MessagePosté le: Dim 14 Aoû - 01:11 (2011)    Sujet du message: [DROW] Une vide de drow Répondre en citant

Naissance:
Contrairement aux autres elfes, les Ilythiiris sont aussi fertiles que les humains ou les orques. Ils peuvent avoir au-dessus de dix fois le nombre normal d’enfant pour les autres races elfiques. Une femme enceinte de deux enfants ou plus est un cas commun, mais les naissances multiples sont très rares. Seul le fœtus le plus fort survit. Lorsqu’un fœtus réussit à éliminer un rival, la mère ressent un intense assaut d’euphorie appelé Chad-zak. L’explication de ce phénomène est assez floue. La cause est peut-être purement hormonale ou elle pourrait s’expliquer par un lien semblable à celui que les autres mères elfes ressentent envers leur enfant naissant. Le processus de naissance en tant que tel est douloureux, mais peu dangereux pour la
mère elle-même. Toutefois, une fois l’enfant libéré, la mère ne ressentira pas la monté de plaisir hormonale caractéristique des accouchements des autres races. En règle générale, les femmes enceintes peuvent trouver la sécurité dans les temples de Lloth tout au long de leur grossesse. Toutefois, après la naissance de l’enfant, le clergé n’est plus responsable de la protection de la mère et elle sera remise à ses bourreaux sans hésiter si celle-ci était pourchassée.


Petite enfance :
Les enfants drows ont souvent des pulsions assassines instinctives bien avant d’apprendre à marcher. La progéniture des familles nobles peut être jumelée à un membre plus vieux, mais les enfants sont habituellement placés ensemble dans une crèche commune. Cela facilite l’épuration des plus faibles. Les bébés sont encouragés très tôt à se battre pour leur nourriture ou leur espace vitale et la violence est récompensée. Seuls les plus forts survivent, les autres sont tués ou cruellement sacrifiés. Les femelles elfes noires n’ont pas d’affection maternelle et elles ne visitent que très rarement leur progéniture. Les mâles vont parfois voir leurs enfants, mais c’est considéré comme un signe de faiblesse autant chez le père que chez le petit.


Enfance :
Au moment où les enfants atteignent l’âge de 8 ans, ils peuvent marcher et parler facilement. Cet âge est très précoce comparé aux autres races elfiques. Entre l’âge de 8 à 19 ans, l’enfant est envoyé à l’académie, sous la tutelle des prêtresses mineures. À partir de ce moment, la vie du jeune elfe est dirigée par un régime strict, renforcé par de sévères punitions physiques. Cela n’a pas autant d’effet qu’on puisse l’imaginé; seuls les brutes, les habiles ou les forts sont parvenus à cette étape de toute façon. Les punitions peuvent causer une douleur intense et laisser des cicatrices, mais ne sont jamais mortelles. L’éducation consiste principalement à de la doctrine religieuse, mais elle inclut également les manœuvres de combat, la littérature, les mathématiques, l’alchimie, l’histoire naturelle et les habiletés manuelles. Un enfant sur trois est tué par ses compagnons de classe et c’est plus souvent dû à un poignard dissimulé dans l’ombre que d’un accident de combat. Les enfants mâles qui ont le plus d’affinité à la magie sont donnés comme apprentis à un acolyte. Dans les régions dominées par le clergé de Lloth, les filles sont toutes destinées à une éducation religieuse.


Adolescence :
Les Ilythiiris qui sont âgés de 20 à 100 ans sont considérés comme adolescents. Ils seront toutefois considérés comme jeunes adultes jusqu’à l’âge de 150 ans. Malgré ces barèmes d’âge, les elfes noirs atteignent maturité très rapidement par rapport aux autres races elfiques et un drow de 20 ans est aussi redoutable qu’un ancien. L’extrême compétition des années précédentes est réduite quelques peu. À cet âge, l’emphase est mise sur la recherche d’une place pour le jeune elfe dans la société. Il doit se trouver un mentor qui lui enseignera les bases de sa future vocation. Le mentor a droit de vie ou de mort sur son élève tant et aussi longtemps qu’il est sous sa tutelle. Même si l’adolescent est encore relié à une école ou une académie organisée, il se doit d’avoir un mentor pour lui enseigner l’intuition et la discipline. C’est à cette étape cruciale que le jeune Ilythiiri gagne habiletés et expérience, autant qu’il devra se construire un réseau de contact solide afin de pouvoir vivre entièrement indépendant à la fin de son éducation. À ce point, le jeune elfe attend souvent que quelques chose de terrible arrive à son maître (ou s’arrange pour que ce quelque chose se produise) afin de prendre sa place dans la société. La rivalité entre les apprentis atteint alors son paroxysme, chacun réclamant la position de l’ancien maître. Certains mentors prudents préfèrent toutefois libérer leurs apprentis en leur trouvant eux-mêmes un poste au sein de la communauté.


Âge adulte :
Seulement un adulte sur vingt est considéré noble. Les autres sont des roturiers, mais possèdent toutefois autant de talents et de connaissances que leurs supérieurs de naissance. Les roturiers ne sont pas sujets aux obstacles que Lloth impose à ceux de sang noble, mais ils sont plus sujets à mourir sous les coups de leurs rivaux. Ce sont souvent les marchands, les artisans et les soldats de la société elfe noire.
Les Ilythiiris sont confrontés tout au long de leur vie à des tests effectués par Lolth, afin de vérifier leur foi et leur puissance. Tous les elfes noirs sont testés, mais certains doivent affronter des épreuves particulièrement intenses appelées Llothtanchwi, les punitions de Lolth.
Ces tests sont connus comme des châtiments extrêmes et même les survivants s’en tirent avec souffrance, peur et désolation. Les signes envoyés par la déesse comprennent une augmentation hypersensible des sens, possiblement des visions et la terreur d’un événement imminent. Ceux qui reçoivent ces signes sont appelés zwy’il ou candidats. Durant sa vie, le zwy’il subira une série de tests à intervalle régulier. Ces épreuves n’ont aucune autre récompense que la survie.
Toutefois, passer ces tests mène à un niveau supérieur dans la hiérarchie, peu importe la voie que le zwy’il poursuit. Toutes les prêtresses de Lolth sont des zwy’il.


Mort :
Les Ilythiiris sont immortels. Or, puisqu’ils sont entourés d’un univers hostile et violent, la plupart d’entre eux s’éteignent de mort non naturelle. Contrairement aux autres races elfiques, ils côtoient la mort à tous les jours et y sont totalement indifférents. Ils sont toutefois très peu sujets aux maladies et ne connaissent pas les effets ravageurs du temps. Ils possèdent également un sens de survie supérieur à celui des autres races et leur corps est très résistant aux méfaits de la nature.


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Dim 14 Aoû - 01:11 (2011)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    LE ROYAUME D'ARTOIS Index du Forum -> LES RACE PRESENTE A ARTOIS -> Drow Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Portail | Index | Panneau d’administration | créer forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Template lost-kingdom_Tolede created by larme d'ange
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com